Silence! On purge.

  • Par s3i-admin
  • Le 21/02/2013
  • Commentaires (1)

Bandeau3t  

   

 

 

                                                        SILENCE ! ON PURGE.
                              (Au 21 siècles, les SSII utilisent encore la saignée comme remède médical)
En cette période économique compliquée, les sociétés de services informatiques réussissent à faire évoluer pour la plupart leurs chiffres d’affaires. Tout irait bien dans le meilleur des mondes, si ce n’était la faiblesse endémique de ce secteur d’activité : son modèle économique.
Les sociétés de services et européennes en particulier ont opté pour un modèle industriel. Dans ce modèle chacun devient un élément calibré et anonyme du process  global. La créativité et l’adaptation ont été délaissées pour une organisation rigide et déshumanisé, supprimant de fait  l’autonomie des informaticiens mais réduisant ainsi à néant la force d’innovation des entreprises du secteur.
Le marché est constitué maintenant principalement de gros mastodontes ayant comme seul objectif de grossir encore, se battant pour les mêmes parts de marché, se partageant péniblement les mêmes clients. En période de croissance correcte, comme toujours les chefs d’entreprises de ce secteur se contente d’aménager les processus internes et de coller aux prévisions annuelles annoncées en grandes pompes dans la presse spécialisée. Réduire leurs dépenses, coller aux prévisions et gagner le Point ou demi-point manquant en fin d’exercice pour ainsi passer au travers des Profits Warning et autres angoisses de l’actionnaire.
Pour ce faire, la méthode est toujours la même :
Peu d’investissement, Abaissement des salaires, industrialisation forcée. Le management venant tenir le tout à force de process et restriction, étant lui-même objectivé en partie sur ces critères.
Mais voilà ! la vie économique n’est pas un long fleuve tranquille et dans la tourmente actuelle , ces entreprises n’ont plus aucun ressort ,pas de marge sur les prix ,pas de démarcation ,pas de valeurs ajoutées ,peu d’adaptation possible et comme d’habitude elle recherche les solutions de facilité.
L’informatique est un secteur en perpétuel évolution sur les concepts et les technologies. La gestion prévisionnelle de l’emploi reste une chimère dans le secteur tout comme l’anticipation, la recherche  et l’innovation .Les restrictions budgétaires des clients et gros comptes imposés  à ce modèle à bout de souffle sème une panique palpable dans les directions des SSII.
Là ou une pause s’impose afin de revoir les process interne, remettre de la valeur ajoutée (En qualifiant les salariés), Faire une place à la créativité, Remettre de la souplesse  et se différencier, nous assistons au contraire à la même panique et aux mêmes remèdes :
Se débarrasser des salariés (Les invendables !), en effet le salarié n’ayant que peu de formation qualifiante tout au long de leur cursus dans l’entreprise, se retrouve à ce jour inemployable, du fait de technologies dépassées ou de secteur d’activité en voie de disparition.
Le secteur n’aime pas la communication négative et s’applique à donner une image sociale, s’interdisant pour la plus part le licenciement massif, mais recours au même technique afin de supprimer tout au long d’une année des centaines de postes en faisant appel  à la rupture conventionnelle utilisée massivement et à la MOBILITE.
La mobilité ? la grande Mode aussi bien chez CAP GEMINI, ATOS ,STERIA et SOPRA que dans les SSII moyennes , les SSII utilisent en grande quantité le recours à la MOBILITE pour licencier en douceur et sans bruit les salariés les plus âgés , ayant le plus d’ancienneté ou opérant sur des technologies Obsolètes.
Une recette éprouvée :
On choisit un bon profil de salarié (Enfant à charge, Technologie vieillissante, Difficulté médicale, Proche de la retraite etc.) :
On ajoute :
•    une mission de 6 mois à un an (On reste flou c’est mieux !)
•    Mission réelle ou purement inventée (Au choix)
•    basée à 400 km de son domicile (Minimum)
•    Sur une technologie inconnue du salarié (Voir métier différent)
Cette mission est présentée sans ménagement et attend une réponse rapide de la part du salarié.
On demande alors à un salarié de se positionner  sur une mission hypothétique, sans durée définie, sans expliciter  la prise en charge des frais et au mépris de la vie privée et des impossibilités de chacun.
« Les Contrats de travail regorge de clause de mobilité plus ou moins farfelues mais majoritairement illégales (Elles sont toutes remise en cause par les tribunaux).Flou sur le périmètre, elles font du salarié, un pion que peu déplacer à loisir sur le territoire français voir mondial son employeur  au mépris du droit fondamental à la vie privée. »
Soit celui refuse.
•    il recevra un avertissement et une proposition de départ négocié (Pour une mission qui n’existe pas ou proposée  à plusieurs salariés qui auront tous le droit au petit courrier recommandé)
Soit il accepte.
•    Et là ? bizarrement la mission est annulée mais on lui proposera de partir plus loin et plus longtemps très rapidement.
A ce petit jeu sur une année une entreprise se défait de plusieurs centaines de salariés, sans avoir à les former, pour certain évitant le cout du départ à la retraite et pour tous contournant le volet économique et social qui serait en droit d’attendre, une purge salutaire saluée en fin d’année par le marché boursier.
Une fois le system purgé, on va pouvoir repartir et tranquillement  faire perdurer un modèle à bout de souffle et inopérant. Les partenaires sociaux doivent réagir et investir ces entreprises car  ils font  cruellement défaut  dans les PME, ils restent  la seule  garantie pour la défense des  droits des salariés, leurs évitant  de  finir comme un pion mobile et corvéable à souhait avant de disparaitre en silence.
REAGISSONS !  Ne devenons pas le nouveau scandale industriel français, retrouvons l’innovation et la créativité seul moteur de la valeur ajoutée pour ne pas finir en concurrence avec les indiens  ou la chine et s’éteindre  comme l’industrie automobile française. Messieurs, Il est temps de remplacer le dialogue de sourds par un vrai dialogue social, on vous écoute !

Malek  Ferhati
Responsable national F.O du Secteur ICS (Informatique, Conseil, Service
 

Commentaires (1)

1. Vanessa 11/06/2015

Si vous êtes à la recherche d'une opportunité de travail sur internet !
Que diriez-vous de recevoir un salaire chaque mois, à vie ?


Vous pouvez vous créer un revenu passif à vie simplement en publiant des livres sur Amazon, sans avoir à faire de publicité ou créer de site, car c’est Amazon qui s’occupe des ventes en lui versant une partie comme commission.
Vous pouvez générer des revenus réguliers et illimités, plus vous publiez d’ebooks plus vous gagnez. Voici le lien: http://revenumensuel.com/

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau