Dénonciation des usages

Dénonciation des Usages.

La date du 31 mars arrive à grands pas et avec elle son lot de désagréments pour les ex salariés de Steria.

En effet, que dire de la règle de remboursement des frais liés à la mission existantes chez Sopra et maintenant Soprasteria : Elles font porter une partie du cout du travail aux salariés !

Le 31 mars, les ex salariés de Steria, si rien ne bouge d’ici-là se verront appliquer ces mêmes règles avec un impact immédiat pour beaucoup sur leurs revenus.

Hormis le fait que pour une même mission, au même endroit et dans les mêmes conditions, les salariés se verront amputer des remboursements liés à leurs frais kilométriques allant entre 200 et 800 euros par mois. Que dire de la somme forfaitaire pour un remboursement de repas en déplacement ou mission longues : 5.28 euros ne permettant même pas de prendre un sandwich et ce pour certain pendant plusieurs mois pour des déplacements sur toute la France.

Nous alertons l’entreprise des risques que cette situation fait peser , mais à ce jour aucune informations ne nous est parvenues , nous attendons le retour de notre action en justice mais l’entreprise qui s’était engagée à proposer une autre grille et d’autres règles que celle en cours , n’a toujours pas fait la moindre proposition en ce sens, pire , elle modifie les ordres de mission des salariés pour les faire terminer au 31 mars afin d’en faire de nouveaux avec une baisse inadmissible des remboursements. Comment un salarié ayant accepté une mission de deux ans à 400 km de chez lui peut-il se voir remettre en cause les termes ayant donné lieu à acceptation de sa part.

Après , le raté monumental sur le transfert des salariés dit protégés (Représentant du personnel) qui se solde par une situation délirante voyant une quarantaine de salariés dont la moitié FO , n’ayant pas de bulletin de salaire , pas d’entreprise , se voyant sorti de tous les systèmes informatiques, assigné à résidence et de fait en instance de licenciement  par la simple négligence ou pire ,la volonté de réduire au mutisme total une organisation syndical majoritaire pouvant se prévaloir de la confiance des salariés.

Nous allons tous droit vers une dégradation massive des conditions de travail et de rémunération sans que cela ne soulève de réaction forte de l’entreprise comme de beaucoup d’autres organisations syndicales.

Malgré la situation qui nous est faites et les entraves multiples, nous continuerons de défendre nos droits. Nous sommes tous concernés.

13 votes. Moyenne 4.31 sur 5.