Point de situation (24 janvier)

bd-2.jpg

Accord temps de travail et organisation :

  • Négociations clôturés par la Direction

La CGC seule organisation ouverte à la revision des accords ne rassemblant pas 30%, la direction a clôturée les négociations sans espoirs d’obtenir un accord.

À ce jour, les accords ne sont pas dénoncés, ils s’appliquent donc de plein droit.

Avant toute modification, l’entreprise doit dénoncer les accords, cela ouvre une période de 3 mois de négociations. Au bout de ces 3 mois, sans accord, ceci perdure pendant une période de 12 mois.

Au bout de cette période, réintégration des avantages acquis dans le contrat de travail pour les salariés présent dans l’entreprise. L’entreprise peut alors appliquer des modifications, mais celle-ci ne faisant pas l’objet d’un accord, elles ne peuvent déroger à la convention collective.

Points Bloquants :

  • Ouverture de la journée de travail sur une amplitude 6H/21H
  • Ouverture de la semaine sur 6 jours
  • Perte de jours de RTT
  • Perte jours de congés payés (Plus particulierement touché les M1)
  • Perte des indemnisations Kilométriques (Travail posté, ou journée continue).

Plan de départ volontaire :

Choix de l’entreprise de négocier les mesures d’accompagnement avec les Organisations Syndicales et de présenter le Plan de Départ à consultation du CCE sans négociations.

Mesures d’accompagnement :

Négociations suspendus dans l’attente d’information de la Direction concernant , le nombre de personnes concernés (Analyse de la Direction), les profils et les métiers.

Nous avons refusé de continuer de négocier des mesures sans connaitre la population éventuellement concernées cela n’a aucun sens.

La Direction revient vers nous avec ces informations.

Points Bloquants (En autres) :

Minimum 5 ans d’ancienneté

Maximum 18 mois de salaire (Plafonné)

Sujet à suivre.

Plan de Départ :

En choisissant cette option la Direction essaye de mettre de son côté le maximum de chance de voir son Plan mis en place. Néanmoins nous avons un certain nombre d’arguments à faire valoir et même si le CCE n’est pas en mesure de s’opposer à la consultation, l’élément constitutif de ce Plan ne permette visiblement pas de la faire homologuer par l’état. Nous travaillons avec Notre Avocat spécialiste des plans Sociaux et de départ afin de constituer un dossier démontrant les raisons réelles de sa mise en place et le déphasage avec la réalité économique de l’entreprise.

En parallèles la Direction, a déposé une requête près du tribunal de Bordeaux afin de statuer sur les mandats du Secrétaire (Le rédacteur).En effet suite à une requête de la CGC remettant en cause la validité de nos mandats, la Direction demande à faire trancher par la justice.

Les Faits : La Direction n’ayant pas répondu à son obligation d’élection (Prévue normalement fin décembre) celle-ci a demandé un délai à l’état et une prorogation des mandats pendant cette période. Les élus de bordeaux ayant été élus au premier tour (18 décembre) et la saisine de la direction intervenant le 19 Décembre, la CGC réfute nos mandats en disant que ceci n’été plus valable depuis 4 heures.

En plus de la Gestion du Plan, nous devons nous battre pour conserver le droit d’être présent et de continuer à défendre les salariés. En cette période , nous ne pouvons que déplorer ce type de comportement aucunement partagé par les autres O.S. Rendu prévu le 13 Février TGI de Bordeaux.

Gestion des Compétences :

Dans l’attente d’un référentiel permettant de comparer les qualifications et fonctions Steria et celle du Syntec préalable à toutes discussions.

 

Voici un point de situation sous forme de flash , nous reviendrons vers vous dés évolution.

Bonne journée

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !