Point de Situation au 25 Nov

LE GRAND JEU DE DUPE

La Direction avec ses propositions délirantes remettant en cause les droits de notre convention collective, et sa dramatisation de la réalité économique de notre entreprise, joue avec le Feu et notre avenir.

En effet après les provocations de la Direction, viennent celles de certains syndicats, qui n’attendent que cela pour coller à leurs propres caricatures. Alors que nous en sommes aux propositions, certain commence déjà à manifester devant l’entreprise, appel à des journées d’action et autres ou prédise les pires ennuis sur internet.

Allons y gaiement, Chacun y allant d’une chimérique démonstration de force, mais les salariés n’ont pas besoin de tout cela, ca, comme toujours ce s’ont eux qui payent l’addition au final. Il est dangereux de jouer ce jeu d’un côté comme de l’autre.

D’un côté une Direction irréaliste arguant d’argument faux et dépeignant une situation qui n’est pas la réalité (Afin d’obtenir ce que le code du travail et la convention n’autorise pas) et de l’autre, certaines organisations rêvant du grand soir et de gloire médiatique. Le résultat risque d’être plus que négatif en déportant le sujet chez nos clients et dans les médias, nous risquons pour le coup de mettre en péril notre situation économique donnant raison aux pseudo arguments de la Direction.

Nous n’acceptons pas ce jeu de dupe ou seuls les salariés auront à en pâtir.

POURQUOI ?

La situation économique de l’entreprise, n’est pas celle décrite par la Direction :

  • 2012 50 Millions de bénéfices et 7 % de marge
  • 2013 26 Millions de Bénéfices et 4% de marge

Mais de plus, nous restons en capacité de nous opposer à ces modifications du contrat de travail.

  • La situation économique ne permet pas de faire appel à un plan de sauvegarde de l’emploi tel que défini dans l’ANI 2O13.
  • Il n’existe pas de GPEC (Gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences) donc pas de plan de sauvegarde de l’emploi possible.
  • Les modifications des conditions de travail ne peuvent être imposées unilatéralement par l’entreprise, Il faut la signature des O.S représentant 30% et que tant même temps 50% ne s’y oppose pas.
  • Si l’entreprise dénonce les accords, une période de 15 mois est prévue et à l’issue de celle-ci, si aucun accord est trouvé :

Les conditions existantes sont intégrées par un avenant dans chaque contrat de travail des salariés en place dans l’entreprise.

NOUS AVONS DES ARGUMENTS A FAIRE VALOIR.

Depuis plus de dix ans, nous contribuons comme chaque entité du groupe à la remontée de dividendes vers la Holding soit : 2011 42 millions d’euros et 2012 plus de 22 millions d’euros.

Chaque entité participe au capital de STERIA SCA en remontant des dividendes Sauf l’angleterre (Sans explication).

 

Lorsqu’une entité a besoin d’investissement ou autre, c’est la holding qui pilote les fonds (Mais c’est notre capacité financière à tous).

Que dire des choix fait par le conseil de surveillance :

  • Achat de Xansa (Inde) pour plus de 400 millions soit la valeur de STERIA SCA

Achat au plus fort de la bulle internet, pas de retour sur investissement, pas de bénéfice généré par cette entité (Perte du cash)

  • Endettement pour cet achat (Utilisation quasi-totale de notre ligne de crédit).
  • STERIA valait env 450 millions avant de racheter Xansa (400 millions) et à ce jour, nous ne valons plus que 200 millions d’euros. ???????????
  • Remboursement de la dette à marche forcée sur peu d’années pour ne pas être pénalisé par les banques sur nos taux d’emprunts.ension. (On paye mais pas de retour de l’Angleterre ?)
  • Plus de 50 millions pour renflouer l’Espagne pour au bout du compte la vendre 500 mille Euros ??????
  • Plusieurs fois au cours de ces dernières années : injection dans STERIA Allemagne et autres de Plusieurs millions d’euros pour passer un cap de crise, avec abandon de la créance.
  • 15 000 euros de jeton de présence par administrateur au conseil de surveillance .Pour ce résultat.
  • Un administrateur ancien de STERIA (Severin Cabanne) , N°2 de la société générale qui donne des leçons et préconise la baisse de la masse salariale alors que son entreprise supprime tous ces contrats avec STERIA dans un même temps.
  •  Un administrateur Elie Cohen qui milite pour la baisse des droits des salariés et de leurs salaires alors que celui-ci estime qu’il vaut deux fois plus que les autres en exigeant deux jetons soit 30 000 euros.
  • Investissement de 130 millions d’euros pour l’Angleterre (2013) utilisant pratiquement toutes les capacités financières du groupe et ne laissant plus de marge de manœuvre pour la France.
  • Prise de risque en jouant les banques pour nos clients (ECOMOUV, MINISTERE ANGLAIS) et oui, on reproduit le même modèle avec le gouvernement anglais à 6 mois des élections.
  • Des années passées à intégrer des passifs fiscaux et des prêts à d’autres entités du groupe alors que l’entreprise faisait de gros bénéfices interdisant de fait le paiement d’une forte participation.

Au niveau de la France STERIA SA:

  • Création d’une entité IM quasi automne au sein de Steria France (Démultiplication des strates hiérarchiques et des coûts).
    • Il y aura bientôt plus de directeur que de salariés, avec une armée mexicaine de directeur sur IM et des choix délirants de positionnement.
    • Départ de l’ancienne Directrice IM (Avec combien ?) juste avant la tempête et la découverte d’un réajustement à la perte du compte IM.
    • Process de fonctionnement inopérants, Création de l’autoconcurrence avec la Pologne.
    • Le travail envoyé en Pologne, remonte des dividendes au groupe mais fragilise la France car les parts de marché gagnées en France par IM et effectuée en Pologne ne profitent aucunement à la France mais au Groupe.
    • Abandon des régies, Politique de gros contrat sans profit autre qu’une visibilité boursière.

 

ALORS OUI, IL DOIT Y AVOIR DU CHANGEMENT MAIS SUR CES SUJETS ET PAS AILLEURS.

  • Pas question de créer une modalité fourre-tout par laquelle nous deviendrons corvéable à merci (7 jours de travail de plus sur l’année, Plus de RTT, Semaine ouvrable sur 6 jours, amplitude horaire de 6 Heures à 21 heures) et sans aucune contrepartie.
  • Au regard des rémunérations (De 16 000 euros mensuel à 80 000 euros) et des primes sur Objectifs (De 25 000 euros par an à 400 000 euros) des Dirigeants de STERIA SA et du Groupe la suppression des primes d’astreintes pour les salariés proposé par la Direction est chiffrée à 200 000 euros d’économie et celle du paiement des temps de repas à moins de 100 000 euros.

NOUS NE VOULONS PAS ASSUMER LEURS ERREURS.

Nous ne voulons pas par la suppression de nos maigres acquis et la détérioration de nos conditions de travail  contribuer à la bonne santé boursière du Groupe et de ses dirigeants (Principaux actionnaires avec les banques).

C’est pour cela que nous avons choisi de nous battre, en devenant grâce à vous la première O.S en postes , seconde en voix et en investissant les instances de l’entreprise afin d’y porter votre voix.

Nous sommes en capacité de vous informer car F.O c’est :

  • Secrétariat du comité central d’entreprise, CCE
  • Les représentants des salariés aux conseils d’administration et de surveillance (2 et 2).
  • Les représentants au comité européen (2)
  • Le secrétariat des Cet : Aquitaine, Nantes, Aix, Sophia et ERHA
  • Les élus du CCE  9 élus sur 18.

Nous avons démontré nos capacités en étant les principaux acteurs de la rétroactivité de la LOI TEPA (En intervenant jusqu’au ministère des affaires sociales), mais aussi en signant un accord d’intéressement efficace afin de contourner les manipulations de la direction concernant la participation (Nous n’aurions toujours pas de participation) pas parfait mais permettant tous de même de générer une redistribution même en période difficile.

En conclusion : Nous écouterons la Direction en vous informant au plus juste possible et le moment venu nous prendrons les décisions qui s’imposent afin d’empêcher la mise en place de ses propositions.

Pas question de céder à la provocation des uns et des autres, la force vive de l’entreprise c’est vous et nous entendons le faire savoir avec rigueur et méthode mais avec toute notre détermination à sauvegarder nos droits et nos emplois.

Faites nous connaitre vos besoins d’information, en postant une question sur le site ou par mail.

Plus les salariés de STERIA maitriserons l’environnement social et économique de l’entreprise, plus ils seront à même de défendre leurs droits et une juste rétribution de leur travail.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !