Point de situation au 9 décembre

POINT DE SITUATION

Afin de valider la situation de l'entreprise dépeinte avec catastrophisme par la Direction, nous nous étions mis d'accord avec celle-ci afin de procéder à un audit et une expertise financiére par un cabinet externe.

L'ensemble des Organisations Syndicales ont en commun redigé une lettre de mission permettant de traiter 3 points.

  1. Analyse des performances et des marges de manoeuvre financiéres du Groupe Steria
  2. Analyse des performances de Steria France
  3. Analyse des mesures d'économie de la Direction

Encore une fois l'entreprise démontre qu'elle ne veut pas partager les informations avec les élus et continue de nous demander de la croire sur parole.

En effet celle-ci vient de refuser maintenant de tenir son engagement et refuse de traiter les points 1 et 3 de la lettre de mission.

Depuis le début nous alertons sur le fait que la situation de la France ne peut être détachée de celle du Groupe étant une UES (Union Economique et Sociale).Nous faisons remonter tous notre cash et nos devidendes vers le Groupe comme toute les entités ormis l'angleterre.

Vouloir rester juste sur le périmétre France permet de ne pas analyser l'ensemble des paramétres comme nous l'avons déja spécifié dans des communications précédentes , la France a participé pour 50 Millions d'euros des pertes de l'espagne avant sa cession , pour 62 millions d'euros dans la remise à flot du fond de pension des retraites UK (Angleterre et inde), pour 13 millions d'euros d'investissement sur le dernier projet de UK.

Ces remontées financiéres sont autant de possibilités d'investissement en France qui ont été retirées et l'investissement de 13O millions d'euros a été au détriment de notre ligne de Crédit nous laissant sans aucune marge pour l'avenir.L'entreprise construit une Histoire qu'elle veut nous faire admettre, en masquant l'entité ou toute les manipulations sont possibles.

Concernant le point 3 , il est en effet inconcevable de ne pas chiffrer au plus prés et analyser , les économies envisagées par l'entreprise , leurs validités et efficacités (Ce dont nous doutons fortementà.La Direction ayant déja expliqué que les modifications proposées sur le temps de travail n'apportées que des économies à la marge et qu'il faudrait des licenciements).

En conclusion , la situation décrite par l'entreprise n'est toujours pas démontrée (A contrario , les analyses et l'expertise faite par le cabinet trinomes pour le CCE démontre le contraire).

Les mesures d'économies annoncées ne participent d'aucune analyse demontrant le bien fondé de telles actions.

Les manipulations sur les flux financier à l'interieur du Groupe (SAS , groupe Francais detenue par STERIA SA) , doivent rester hors de porté d'analyse.

Depuis le début nous denoncons, la présentation dramatique faite par la Direction au seul besoin de faire appliquer leurs propositions , force est de constaté que ce type de comportement ne fait que confirmer notre analyse.

En conséquence, si la Direction ce mercredi ne revient pas sur sa position, nous ne participerons plus aux négociations sur le temps de travail ainsi que toutes les autres Organisations syndicales .Nous continuerons de participer aux négociations sur la GPEC(Gestion prévisionelles des emplois et des compétences) et des RPS (Risques Psycho Sociaux).

La Direction essaye par tous les moyens de nous convaincre d'une situation qui devrait nous amener à dégrader nos conditions de travail, licencier des salariés juste sur ses dires et en contradictions avec les annonces boursiére et les analyses déja effectuées.La mascarade continue.Si il y a de réels sujets , nous sommes pret à en discuter et à chercher des solutions équitables et pérennes , mais seulement sur la base d'un diagnostic clair et surement pas aux détriments des salariés.

Bonne journée à toutes et tous.

A suivre .......

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !